Je ne regarde pas de bandes-annonces

Critiques courtes et spontanées par un amateur de cinéma

Ne vous laissez pas décourager par le titre ringard, l’affiche niaiseuse et le synopsis qui ne laisse rien présager de bon, « 20 ans d’écart » est un film qui, si l’idée même de la comédie romantique ne vous rebute pas, est un doux délice.

David Moreau, le réalisateur, n’a pas fait l’erreur facile d’entrevoir la comédie romantique comme un genre mineur. Il y a un véritable travaille de réalisation. Une tendre photographie mise en place.

20 ans d’écart est un film « à croquer », absolument charmant, avec son lot de surprises. Probablement un exemple pour le genre. Evidemment, ce n’est pas du grand cinéma, mais je n’ai vraiment pas boudé mon plaisir et ce genre de films mérite aussi d’être salué pour sa justesse. Justesse parce qu’on s’attend à un autre film nunuche avec une histoire comme on en a entendues des mille et des mille et on tombe sur un film intelligent qui nous fait rire, sans retenue, et qui, touchant et vrai, est une belle surprise. Certains diront « Les comédies de la bourgeoisie parisienne … encore ! », « du nanar, encore du nanar ». Peut-être, mais un bon nanar.

20 ans d’écart, c’est surtout Pierre Niney. Monsieur est un pensionnaire de la comédie française, il a 23 ans et il est cartonne. C’est pourtant la première fois que j’en entend parlé, et il m’a bluffée, du début à la fin. Pierre a un pouvoir comique incroyable, il est vraiment fort. Et lorsqu’il s’agit de jouer dans un registre plus dramatique, il n’est pas en reste. Il campera le rôle de Yves Saint-Laurent dans le biopic du même nom prévu pour fin de l’année, à suivre de près.

 

Categories: Critique

Leave a Reply