Je ne regarde pas de bandes-annonces

Critiques courtes et spontanées par un amateur de cinéma

Un Colin Firth dandy à souhait, capable des métamorphoses les plus étonnantes, et une Cameron Diaz qui semble avoir trouvé sa voie en  – disons-le – bourrine texane, voici un tableau plutôt alléchant.

Pourtant, Gambit est un film assez frustrant. L’idée de transposer le cliché américain dans un monde « Firthien », évidemment très british, est séduisante mais la mayonnaise ne prend pas. Du moins pas tout de suite, le scénario est bon mais il ne dévoile ses véritables couleurs qu’à la toute fin du film (qui offre une véritable explosion sémantique) et ce n’est qu’alors que l’on peut vraiment apprécier toutes les subtilités de l’intrigue. Intrigue qui laisse le spéctateur complètement exclu de son génie pendant la majeure partie du film où, certes, certains gags font mouche mais où l’ennui plane dangereusement.

Malgré cette impression générale assez plate, ne passer  pas votre chemin, Gambit mérite d’être vu. Ne fut-ce que pour Alan Rickman, odieux mais délectable, l’humour anglais (on aime ou on aime pas) et les différentes facettes d’Harry, personnage très coloré et très humain.

Categories: Critique

Leave a Reply