Je ne regarde pas de bandes-annonces

Critiques courtes et spontanées par un amateur de cinéma

Les critiques sont pratiquement unanimes ; avec Lincoln, Spielberg a encore visé juste. Mais au-delà de la magie des costumes et de la belle leçon d’histoire que le film nous offre,  je trouve qu’il y a plusieurs choses qui ne « fonctionnent » pas dans Lincoln.

Ma première impression fut très négative. Ceci dit, on ne peut que saluer les incroyables performances de Daniel Day-Lewis, de Tommy Lee Jones ( interprétant Stevens, pratiquement le seul personnage plausible selon moi) et même de Joseph Gordon-Lewitt, discret mais efficace. Il y a une véritable poésie dans les postures maladroites, brisées qu’emprunte Lewis. Les scènes centrées sur son personnage, sur son visage, son corps long et gauche, sont véritablement portées par une photographie d’une force indescriptible.

Pourtant,  j’ai trouvé l’ensemble du film mollasson et parallèlement surjoué, « too much », voire « faux » dans certaines scènes. Sa femme (Sally Field, que j’aime beaucoup pourtant), tantôt dépressive, tantôt hystérique, m’insupportait. Son plus jeune fils aussi. Comme s’il n’avait pas été clairement affublé d’une personnalité, il ère pendant tout le film, apparait puis disparait, ne sert à rien. Les relations entre Lincoln et certains personnages sont étranges, indéfinies, bizarrement tactiles. Ensuite, j’ai été complètement déstabilisée par un point : soit un film est dénué d’humour et est purement historique, soit l’humour est présent tout du long en filigrane. Dans Lincoln, on assiste à un film proche du documentaire et puis, sorti de nulle part, un acteur se casse la figure ou bien un instant burlesque, qui n’a absolument pas sa place, apparait.

Je suis restée de marbre tout au long du film, à aucun moment je n’ai été prise par un quelconque suspens, ni emportée par les enjeux (je prendrais comme contre exemple « Le discours du roi » où il en va de votre vie que le roi réussisse son discours à la fin du film). La magie n’a pas opéré.

Pour résumer, pourtant passionnée par les films dit « de costumes », Lincoln m’a laissé une impression gênante, hésitante, j’irai même jusqu’à dire « à coté de la plaque ».

Categories: Critique

Leave a Reply