Je ne regarde pas de bandes-annonces

Critiques courtes et spontanées par un amateur de cinéma

The Hobbit : an Unexpected Journey

Acteurs : Ian McKellen, Martin Freeman Réalisateur : Peter Jackson Vu le : 12 décembre 2012 - minuit En : ,
Note globale
8/10

Scénario : 8 | Visuel : 9 | Interprétation : 8 | Fin : V

Même réalisateur que Le Seigneur des Anneaux, le grand retour en Terre du Milieu désiré par tant de fans du monde entier, c’était inévitable : les attentes étaient très hautes. Et on peut certainement dire que le film ne fut pas aussi bien qu’espéré.

On déplorera majoritairement deux points : les (trop nombreuses) scènes photocopiées du SDA et la bande son à moitié reprise elle aussi de son prédécesseur.

Concernant le premier point, la seule excuse serait la provenance écrite de celles-ci dans le livre, mais malgré ça, on reste choqué par certains passages exagérément identiques à la Trilogie de l’Anneau. Un réalisateur doit pouvoir s’abstenir de faire des références à son précédent succès et aller de l’avant avec un film 100% exclusif. On pouvait peut-être tolérer une « private joke » pour les puristes, mais là c’était un peu trop extrème.

Concernant le second point, là c’est compréhensible. La BO du Seigneur des Anneaux est tout simplement épique au possible. Comment dès lors résister à l’envie de reprendre des passages de celle-ci pour engouer le spectateur lors de la projection d’un splendide paysage ou d’une bataille mémorable. Mais là aussi, on déplorera tout de même le manque de courage dans la création d’une nouvelle BO propre à cette nouvelle trilogie. Au final on se retrouve avec 50% des musiques SDA et 50% de musiques The Hobbit qui se résument pratiquement à une piste, le chant des nains.

Mais passons maintenant au positif, car même si The Hobbit n’atteint clairement pas le niveau du Seigneur des Anneaux, la magie reste belle et bien présente dans ce nouveau récit en Terre du Milieu. Et on ne peut qu’être enchanté de retrouver Gandalf et ses compères dans cette nouvelle aventure ! Au final, le visuel reste enchanteur, les personnages très charismatiques, et l’univers toujours aussi envoutant. On pourra aussi critiquer la lenteur de ce premier opus, mais au final c’est tellement plaisant au niveau de l’ambiance, qu’on serait durs de cracher sur quelques minutes supplémentaires dans les contrées du Milieu.

Ce premier épisode pose donc des bases solides, et on ne peut qu’espérer que la suite sera digne de ce que furent Les Deux Tours après à la Communauté de l’Anneau.

A noter que le film a été visionné en 3D et après minuit (lors de l’avant-première), ce qui a possiblement alterné mon jugement quant à la longueur du métrage et à la redondance de certaines scènes.

Leave a Reply